Sécurité Sociale/Les racines vichystes de la sécurité sociale

De WikiUpLib
Révision datée du 9 août 2015 à 18:18 par Admin (discussion | contributions) (Page créée avec « ==== frame|Privacy Badger : une solution gratuite pour bloquer le tracking online L'article est assez long. Je ne donne ici que certains e... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

==

Privacy Badger : une solution gratuite pour bloquer le tracking online

L'article est assez long. Je ne donne ici que certains extraits frappants :

«  On voit bien comment cette narration construite après-coup permet de « sanctuariser » la sécurité sociale. D’abord, personne ne peut admettre que de jeunes Français aient donné en vain leur sang pour une aussi grande conquête que la sécurité sociale. Comment, dès lors, pourrait-on remettre en cause les fondements de la protection sociale telle qu’elle fut conçue en 1945, sauf à vouloir que ces jeunes gens partis dans le maquis et tombés au champ d’honneur soient morts pour rien?
...
Les esprits malicieux noteront d’ailleurs que l’instigateur du système inventé en 1928 et peaufiné en 1930 fut le ministre du Travail du gouvernement Tardieu: Pierre Laval. C’est Laval qui pilote la mise en place d’un régime obligatoire dont il retrouvera les problématiques quelques années plus tard lorsqu’il deviendra la cheville ouvrière de la collaboration à Vichy. Dans le système de Laval, ce sont les classes moyennes qui sont plutôt les « oubliées », et c’est aux classes moyennes que le Conseil National de la Résistance s’adressera en priorité en créant une sécurité sociale obligatoire pour tous les salariés.
...
Initialement, René Belin, le secrétaire d’Etat au Travail qui prépare la loi, escomptait pouvoir tenir 7 ans grâce à son « hold-up » sur les réserves financières. Dans la pratique, les réserves sont quasiment épuisées dès 1944, et le gouvernement provisoire, qui reprend en main le système cette année-là, impose une cotisation de 4% sur les entreprises pour combler le déficit. Contrairement aux idées reçues, la répartition à ses débuts n’est donc pas un régime financièrement équilibré, et il n’existe aucune rupture entre Vichy et le gouvernement provisoire dans la gestion du système. Les uns assurent sans état d’âme la pérennité financière d’un système inventé par les autres. Une fois de plus, la théorie des conquêtes arrachées les armes à la main s’effondre: le Conseil National de la Résistance a sagement géré un édifice bâti par Vichy et s’est bien gardé d’en modifier l’équilibre général.
Les puristes noteront avec délectation l’article 9 de la même loi:
« Les retraites et pensions de vieillesse des assurances sociales sont constituées sous le régime de la répartition. »
L’origine vichyste de la répartition est contenue noir sur blanc dans ces lignes. Celles-ci n’invalident pas la technique de gestion par répartition, mais il faut arrêter une bonne fois pour toutes d’inventer de toutes pièces le mythe d’une sécurité sociale et d’une retraite par répartition forgée en 1945 par une Résistance ennemie des méchants capitalistes qui régnaient sous Vichy. Il est beaucoup simple d’avouer que des pans entiers de notre sécurité sociale sont un héritage direct d’un régime collaborationniste et, qu’au fond, le Conseil National de la Résistance a simplement assuré le marketing et la récupération politique d’un système qu’il fallait sauvegarder à la Libération.
...
»


L'article original :
http://www.eric-verhaeghe.fr/les-racines-vichystes-de-la-securite-sociale/
par Éric Verhaeghe


Actualité et pages connexes


Liens


Twitter : Privacy Badger : une solution gratuite pour bloquer le #tracking online http://uplib.fr/wiki/UL15080912 via @uplib